Visite privilège - Château du Plessis Macé
512
page-template-default,page,page-id-512,page-child,parent-pageid-49,ajax_fade,page_not_loaded,,footer_responsive_adv,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

Visite privilège

Château atypique, le Plessis-Macé reste l’un des sites incontournables de l’Anjou. L’équipe propose aux groupes une formule originale: venez ainsi passer un moment unique grâce à la visite du château mais aussi vous restaurer dans l’une des salles de réception des communs. N’attendez plus pour réserver !

TOUTE L’ANNEE SUR RESERVATION

 

A partir de 20pers. / 35€ TTC (formule tout inclus)

 

Renseignements et réservations : 

Emmanuel DUPONT
02 41 81 49 18 ou 02 41 32 67 93
e.dupont[at]anjou-theatre.fr

Histoire

C’est au XIe siècle que la famille du Plessis fait s’élever le premier château sur le site du Plessis-Macé. Constitué d’une tour en bois construite sur la motte castrale (visible encore aujourd’hui), ce château à motte est le point de départ de la riche histoire du Plessis-Macé.

Au XIIe siècle, pour consolider la place forte, avant-poste de la défense angevine contre les bretons, les Du Plessis commandent la construction d’un premier donjon en pierre. Pour un temps cependant, le château allait tomber dans l’oubli. Les Du Plessis, vassaux de Charles d’Anjou (frère de Louis IX), accompagnent ce dernier au XIIIe siècle, dans sa conquête du royaume de Sicile. Puis au XIVe siècle, la Guerre de Cent ans éclate. Autant dire que le château allait peu à peu tomber dans l’oubli.

Ce n’est qu’à la fin du XVe siècle que le château s’éveille avec l’arrivée du nouveau seigneur des lieux: Louis de Beaumont. A la demande du roi Louis XI, dont il est un proche conseiller, Louis de Beaumont fait reconstruire un donjon puis agrandit son château en y ajoutant le logis seigneurial.

Jusqu’au XXe siècle, le logis allait abriter de nombreux propriétaires (les Du Bellay, les De Bautru, les Walsh de Serrant et enfin les Langlois-Berthelot) ainsi que d’ illustres hôtes de passage : Louis XI, Charles VIII, François Ier ou encore Henri IV. La visite commentée du logis, entièrement meublé (XVIe au XXe siècles), s’offre comme un voyage dans le temps…

 

Le logis seigneurial

Le logis seigneurial s’élève au XVe siècle à la demande de Louis de Beaumont, haut personnage de la cour. Habité jusqu’au XXe siècle (1967) par de nombreux propriétaires, le logis a largement été transformé au XIXe siècle par la comtesse Sophie Walsh de Serrant. Le bâtiment se voit alors doté d’une vingtaine de larges fenêtres à meneaux. Par ailleurs, les pièces sont elles aussi transformées : les cuisines deviennent salles à manger et le hall couvert naît. C’est ce château de comtesse que vous visiterez à travers dix pièces meublées du XVIe au XIXe siècle. Cette atmosphère hors norme devient très souvent le décor de pièces de théâtre ou de films ; certains rappellent le séjour d’illustres personnages de passage au Plessis-Macé (Louis XI, Charles VIII, François Ier ou encore Joachim du Bellay).

 

Le balcon

Construit à la fin du XVe siècle à la demande du seigneur Louis de Beaumont, le balcon est l’un des trésors du château du Plessis-Macé. Commandé à un architecte florentin, il est l’un des plus beaux exemples du style gothique flamboyant dans la région. Bien qu’aucune restauration n’ait été entreprise, il est resté dans un parfait état.

 

La salle à manger

La salle à manger actuelle accueillait au Moyen-Âge les cuisines du château. Traces de cette activité, les deux grandes cheminées du XVe siècle.

 

Le hall

Créé au XIXe siècle, le hall abrite aujourd’hui deux grands coffres du XVIe siècle.

Le grand salon

Lieu de réception par excellence, le grand salon évoque le faste du XIXe siècle. On peut y admirer une des malles de voyage de Louis XIV ainsi que le plus vieux pianoforte visible dans une collection publique en France (1770).

 La bibliothèque

La bibliothèque du château est un écrin contenant un formidable trésor : un bureau-lutrin du XIXe siècle contenant une édition de la description de l’Egypte, commandée par Napoléon Ier.

La chambre du chapelain

Jouxtant la chapelle, la chambre du chapelain est l’une des plus petites salles de la visite et l’occasion de découvrir un lit ancien aux dimensions troublantes.